Prix Permaculture Magazine

Le prix Permaculture Magazine a été pensé pour les individus, communautés, entreprises, groupes et associations qui pratiquent la permaculture de manière inspirante depuis depuis trois ans ou plus.

En partenariat avec le Permaculture Magazine.

Il vise les projets de permaculture qui régénèrent les terres abimées, bénéficient à la biodiversité et les habitats naturels, aident les personnes à acquérir des compétences pratiques et un sens de communauté, qui ajoutent de la valeur aux productions et qui développent les économies locales, qui cimentent les communauté et créent des liens sociaux, ainsi qu’une résilience économiques, offrant de nouveaux moyens de coopérer et de nouveaux paradigmes sociaux.

Les projets lauréats partagent une récompense totale de 15 000 £ (environ 16 500 €) versée par Permaculture Magazine. .


Projets présélectionnés pour le Prix 2023

Centre d’Innovation Sociale Unidos

L’Unidos Social Innocation Centre (Centre d’Innovation Sociale Unidos) a été créé en 2018 par un groupe de personnes réfugiées vivant dans le camp de Nakivale en Ouganda. Ce camp abrite environ 120 000 personnes réfugiées provenant de pays et de cultures voisins, tels que le Congo, le Burundi, la Somalie, l’Éthiopie et le Soudan du Sud. Sur ces 120 000 personnes, environ 14 200 travaillent dans l’agriculture.

L’Unidos Social Innovation Centre s’est réuni pour aider à créer des opportunités de subsistance et de sécurité alimentaire dans la communauté, après que les rations alimentaires avaient été considérablement réduites pour les personnes réfugiées en Ouganda.

L’organisation cherche à créer des solutions à certains des grands défis auxquels les personnes peuvent être confrontées : la pauvreté, le changement climatique, la guerre et la suppression politique de leurs pays d’origine. Toutes les activités sont basées sur l’éducation inclusive et l’autonomisation par le biais de compétences entrepreneuriales.

Le centre propose différentes formations, notamment dans les domaines suivants :

  • Techniques d’agriculture écologique
  • Anglais
  • Business et entrepreneuriat
  • Autonomisation des femmes

Pendant qu’elle pratiquait la permaculture dans divers endroits extérieurs, l’organisation a construit son propre centre d’éducation en 2021.

Depuis, elle a aidé près de 700 personnes originaires de Somalie, du Congo et du Burundi à obtenir un diplôme d’agriculture écologique.

L’organisation souhaite maintenant régénérer les sols en formant et en démontrant à des milliers de personnes comment faire du lombricompostage et son utilité pour faire pousser plus de plantes alimentaires, en constituant une solution au sol infertile du camp de réfugiés de Nakivale. L’association voit également le potentiel des systèmes de lombricompostage de taille commerciale, et a construit un système de ce type près de son centre d’éducation à Nakivale.

  • 2023
  • Permaculture Magazine Award
Photo: Centre d’Innovation Sociale Unidos

Informations sur les projets

Groundswell International

Le projet Groundswell International a été fondé en 2009 par des représentant·e·s du monde entier, qui se sont réuni·e·s pour créer un partenariat s’appuyant sur des décennies de collaboration et d’expérience dans le développement d’approches efficaces pour renforcer le changement social mené par les communautés en Afrique, en Amérique du Nord et du Sud et en Asie.

Comme indiqué dans le livre de Groundswell intitulé « Fertile Ground : Scaling AE [Agroecology] from the Ground Up » : « Il y a environ 2,5 milliards de personnes dans le monde, sur 500 millions d’exploitations agricoles, impliquées dans l’agriculture familiale et la production alimentaire. Leur capacité créative à pratiquer une agriculture productive et durable avec la nature, et non contre elle, est peut-être la force la plus puissante qui puisse être libérée pour surmonter les défis interdépendants de la faim, de la pauvreté, du changement climatique et de la dégradation de l’environnement. »

Groundswell a uni ses forces autour de la mission suivante : renforcer les communautés pour construire des systèmes agricoles et alimentaires sains à la racine, tout en contribuant aux mouvements mondiaux croissants de l’agroécologie et de la souveraineté alimentaire.

Ce projet renforce la capacité et l’efficacité des organisations partenaires locales, qui à leur tour donnent aux communautés, aux exploitations agricoles et aux organisations autochtones les moyens de mener le changement social.

Groundswell y parvient par différents moyens, dont :

  • Des process collaboratifs pour la conception des programmes
  • La facilitation d’un apprentissage réciproque entre partenaires et allié·e·s
  • Soutien pour formations techniques et méthodologiques

En 2021, Groundswell a versé 1 541 000 dollars américains à des organisations partenaires, contribuant ainsi à un total de plus de 13 727 000 dollars distribués à des programmes partenaires depuis 2009.

Son travail permet non seulement de régénérer les terres touchées par le changement climatique, mais aussi de créer des avantages économiques pour les personnes concernées, d’améliorer la santé et la nutrition, et de réduire les incitations à la migration tout en mettant l’accent sur l’équité des genres.

  • 2023
  • Permaculture Magazine Award
Photo: Groundswell International

Informations sur les projets

Habiba Community (Communauté Habiba)

La communauté Habiba est une initiative ascendante basée sur les rives du Sinaï, en Égypte. Elle a rejoint le mouvement des Ecosystem Restoration Camps (ERC, camps de restauration des écosystèmes) en 2019 et est désormais l’une des nombreuses organisations de ce mouvement qui encourage les modèles de développement durable régénératifs dans le sud du Sinaï.

Sur le long terme, Habiba cherche à faire reverdir le désert du Sinaï. Les efforts d’Habiba pour restaurer la région du sud du Sinaï vont de pair avec les efforts internationaux en cours pour restaurer l’ensemble de la péninsule, qui était, il y a des milliers d’années, une région couverte de forêts, riche en vie et en biodiversité. Ce modèle de développement a changé les mentalités, en favorisant l’inclusivité, en créant un réseau de 75 fermes (dont 48 appartiennent à des bédouin·e·s, qui ont un accès équitable au marché local), et en offrant des chances égales à tout le monde pour garantir le bien-être.

Habiba combine l’éducation au travail en permaculture et en restauration du système naturel, avec pour objectif de coopérer avec la communauté bédouine locale. Elle adhère à l’objectif des ERC, qui consiste à proposer des programmes éducatifs en matière de restauration de l’environnement et de pratiques régénératrices pour la santé et le bien-être personnels.

Habiba a aidé les communautés locales à :

  • Introduire localement des techniques agricoles fidèles au principe de la régénération
  • Mettre fin à l’érosion
  • Éviter davantage de désertification
  • Redévelopper les sources de revenus locales en se basant sur des écosystèmes sains

Le principal atout d’Habiba est une ferme biologique et régénérative située dans le désert. Elle adapte des méthodes de pointe en matière de technologie agricole durable et d’expérimentation. Cette ferme change la façon dont les aliments sont produits et constitue un pôle de connaissances international où la collaboration communautaire a lieu.

Habiba travaille actuellement à la création d’une communauté résiliente au changement climatique dans la ville côtière de Nuweiba.

  • 2023
  • Permaculture Magazine Award
Photo: Habiba Community (Communauté Habiba)

Informations sur les projets

Komunidad Kolinda

Fondée en 2018, Komunidad Kolinda est une éco-communauté intentionnelle. Elle compte 11 habitant·e·s permanent·e·s originaires de divers pays, visant à vivre de manière autonome et harmonieuse sur 6,5 hectares de terres partagées boisées dans les montagnes tempérées de haute altitude de la Sierra Sur dans l’État de Oaxaca, au Mexique.

La communauté pratique l’agriculture régénératrice et les techniques de reforestation, la bioconstruction, la médecine traditionnelle, l’art, l’éducation et la spiritualité en étroite collaboration avec la population autochtone zapotèque locale.

Le projet aspire au plus haut niveau possible d’autosuffisance en termes de nourriture, d’eau, de santé, d’énergie et de matériaux de construction. Afin de protéger son sens de la communauté, Kolinda suit une règle interne simple : personne n’a le droit d’acheter ou de vendre des maisons sans l’approbation de toute la communauté et les nouvelles personnes deviennent membres de la communauté par consensus des membres actuel·le·s. Le terrain est géré de manière communautaire.

La communauté a commencé avec un terrain composé essentiellement de forêts mixtes. Elle s’est concentrée sur la construction d’infrastructures, telles qu’une route, un système d’approvisionnement en eau, ainsi qu’une maison communale et trois maisons privées, afin d’accueillir les membres permanent·e·s et temporaires, les visiteur·euse·s, les bénévoles et les événements.

La communauté a construit des centaines de mètres de terrasses pour cultiver une grande variété de légumes et a planté des dizaines d’arbres fruitiers dans le cadre d’une forêt alimentaire. Tout a été réalisé sans financement extérieur.

À terme, la communauté se tournera vers des projets qui profiteront aux communautés environnantes, tels que la Casa de Cura (Maison de la guérison), un jardin médicinal et le Bosque de Mil Anos (Forêt de mille ans), un projet de reforestation.

  • 2023
  • Permaculture Magazine Award
Photo: Komunidad Kolinda

Informations sur les projets

Le laboratoire de tissage biorégional Waterford

Le laboratoire de tissage biorégional (Bioregional Weaving Lab), basé à Waterford, adopte une approche adaptée au milieu pour connecter des initiatives fragmentées dans une démarche d’impact collectif, afin de générer un changement systémique.

Ce faisant, le projet cherche à soutenir la transformation et la régénération à long terme. Il vise à construire un système alimentaire résilient qui permettrait aux paysages terrestres et marins et aux communautés de prospérer.

Pour ce faire, le laboratoire de tissage biorégional :

  • Utilise des réseaux et de la recherche documentaire pour atteindre les parties prenantes du système alimentaire local. Celles-ci vont des agriculteur·rice·s et enseignant·e·s aux personnes décisionnaires dans la région de Waterford (Irlande). Le Bioregional Weaving Lab les rencontre sur leur lieu de vie/travail, en instaurant la confiance, et organise également des ateliers multipartites.
  • Identifie les limites naturelles de la biorégion locale en examinant les cartes des sols, des bassins versants et des biotypes, en parcourant le terrain à pied et en discutant avec les personnes locales.
  • Détecte la nécessité d’un changement de système, le cas échéant, et applique des outils et une méthodologie pour concevoir une stratégie visant à favoriser une régénération holistique (naturelle, sociale, financière et d’inspiration) dans les milieux ruraux et urbains de la biorégion.

Le laboratoire de tissage biorégional a débuté en Irlande en 2019 et est hébergé dans les bureaux de Grow It Yourself (GIY) au café et jardin en régénération GROW HQ à Waterford. GIY est une entreprise sociale qui a été créée en 2008 pour accroître l’empathie alimentaire à travers des programmes scolaires, communautaires, commerciaux et médiatiques. Elle a aidé environ un million de participant·e·s à cultiver au moins une partie de leur propre nourriture.

Le laboratoire de tissage biorégional fait partie d’un collectif européen émergent coordonné par Commonland, Ashoka et The Presencing Institute.

  • 2023
  • Permaculture Magazine Award
Photo: Le laboratoire de tissage biorégional Waterford

Informations sur les projets

NILE Journeys

Le projet NILE Journeys a été créé en 2016 en tant que plateforme pour les communautés du Nil. Son travail se déploie à travers divers pôles communautaires dans les pays du bassin du Nil. Il y a actuellement huit pôles, et ils sont en pleine expansion.

Les communautés du bassin du Nil souffrent d’inégalités et de limitations dans leur bien-être naturel, humain ou technologique, ce qui les rend vulnérables au changement climatique et à ses effets. Le mot NILE fait non seulement référence au champ énergétique du majestueux fleuve qu’est le Nil, mais sert également d’acronyme à ce que la plateforme vise à faire : « Nurturing Impulses for Living Ecosystems » (« Nourrir les initiatives pour des écosystèmes vivants »).

La vision de NILE Journeys est d’encourager les actions visant à permettre à la vie de prospérer dans la biorégion du Nil, par le biais d’espaces d’apprentissage participatifs et expérimentaux ancrés dans les connaissances autochtones et les pratiques régénératrices.

Jusqu’à présent, le projet NILE Journeys a:

  • Impliqué plus de 97 000 personnes.
  • Fourni un soutien direct à huit pôles communautaires.
  • Établi trois espaces de dialogue.
  • Établi trois sites de démonstration d’agroécologie.
  • Créé une bibliothèque.
  • Co-établi un restaurant dans un espace rural de co-working.
  • Co-établi une presse à huile de moringa.
  • Sponsorisé l’éducation de 83 enfants.
  • Régénéré 168 hectares de façon durable.
  • Formé 35 leaders communautaires à la facilitation de dialogues.

L’objectif de NILE Journeys pour 2026 est de devenir un modèle de collaboration translocale dans le bassin du Nil, avec des pratiques régénératrices qui peuvent être reproduites dans d’autres domaines et d’autres parties du bassin.

  • 2023
  • Permaculture Magazine Award
Photo: NILE Journeys

Informations sur les projets

ONG Tissons des avenirs

Tejiendo Futuros ONG (ONG « Tissons des avenirs ») a été fondée en 2018 dans la municipalité de Panajachel, au Guatemala.

Elle a été fondée en réponse aux besoins clés de la communauté locale. Ces besoins sont liés à des défis apparus en raison de la violence structurelle, et du fait que l’État a abandonné son peuple. Il en résulte un manque d’accès aux soins de santé, à l’éducation, à des logements décents, au travail et à l’inclusion sociale. Panajachel est également une destination touristique, ce qui entraîne des conditions de travail précaires pour une grande partie de la population.

Tejiendo Futuros cherche à surmonter ces difficultés et à répondre aux besoins locaux en développant un modèle de travail global axé sur quatre questions prioritaires : l’éducation holistique, l’agroécologie, les soins psychosociaux et la santé.

Actuellement, l’ONG:

  • Travaille avec plus de cinquante familles.
  • Fournit une éducation à près de 100 enfants.
  • Fournit des soins de santé exhaustifs.
  • Développe des centres de production agroécologiques.

Son école holistique, « El Árbol de la Niñez » (« L’arbre de l’enfance »), offre une éducation et une alimentation gratuites aux enfants et aux adolescent·e·s afin de promouvoir des conditions d’apprentissage optimales.

Les parents bénéficient d’un soutien psychosocial dans le cadre du programme « Familias Fortalecidas » (« Familles renforcées »). Ce programme s’efforce d’éliminer les schémas comportementaux négatifs grâce à des ateliers sur l’estime de soi, les nouvelles visions de la masculinité, la maternité/paternité responsable et le soin de soi.

Le programme « Mente Sana, Cuerpo Sano » (« Esprit sain, corps sain ») surveille en permanence l’état physique et mental de ses membres et fournit des soins de qualité pour garantir leur bonne santé.

Le programme agroécologique « KaUlew » (« Notre terre » en cakchiquel) encourage les modes de vie sains, la consommation responsable, la sensibilisation à l’environnement, l’esprit d’entreprise et la sauvegarde des pratiques de production ancestrales.

  • 2023
  • Permaculture Magazine Award
Photo: ONG Tissons des avenirs

Informations sur les projets

Sol Haven

La société d’intérêt collectif Sol Haven (enregistrée sous le nom de SOL LAUG HAVENS C.I.C.) a démarré en janvier 2018 au Royaume-Uni, inspirée par la passion commune des fondateur·rice·s pour l’agriculture durable et de leurs expériences personnelles de la vie sans domicile fixe.

Sa vision consiste à créer un modèle pour des centres de permaculture durables à travers le Royaume-Uni, qui feraient office de vitrine pour les arts et l’artisanat ruraux tout en fournissant une source locale durable d’alimentation.

Plus largement, le projet cherche à explorer, développer et créer un environnement pratique qui peut être utilisé pour rendre le présent et l’avenir meilleurs. En impliquant des personnes qui ont des besoins très réels aujourd’hui, il représente également une véritable chance de changer des vies et de construire une communauté.

Sol Haven a régénéré des bâtiments agricoles et des jardins désaffectés pour créer un espace de rassemblement social qui accueille divers groupes et événements qui contribuent à renforcer la communauté locale.

« Ploughing the mind » (« Labourer l’esprit »), cours de 12 semaines délivré dans le cadre du projet, a été soigneusement conçu pour aider les personnes souffrant de problèmes de santé mentale à se reconnecter à la communauté, à elles-mêmes et à se faire de nouveaux·elles ami·e·s.

Le cours inclut notamment les activités suivantes :

  • Thérapie par la nature et l’horticulture
  • Éducation à la santé mentale
  • Méditation en mouvement
  • Percussions
  • Cuisine.

Ce mélange d’activités combinées fournit un soutien, des moyens d’expression et la possibilité d’acquérir de nouvelles compétences.

Une fois le programme terminé, Sol Haven cherche à soutenir les personnes dans le cadre d’un programme plus large, qui continuera à les aider à surmonter les obstacles à l’engagement social et à la recherche d’un emploi.

  • 2023
  • Permaculture Magazine Award
Photo: Sol Haven

Informations sur les projets

The Lions’ Gate Garden

The Lions’ Gate Garden est un projet de permaculture urbaine basé sur le campus Merchiston de l’université Napier d’Édimbourg. Il est soutenu par le cursus d’Informatique, ingénierie et environnement bâti (School of Computing, Engineering & the Built Environment), celui des Arts et des industries créatives (School of Arts & Creative Industries), et celui des Propriétés et installations (Properties & Facilities).

La conception et le développement du projet sont guidés par 12 principes de permaculture et trois éthiques fondamentales : le soin des personnes, le soin de la planète et le partage équitable. En suivant ces principes, The Lions’ Gate Garden cherche à fournir un espace sûr, accueillant et inspirant pour les étudiant·e·s, le personnel et les communautés locales et internationales. Le projet cherche à responsabiliser les individus en imaginant et en « réalisant » des activités durables et régénératrices, créant ainsi un avenir durable par l’exploration et l’immersion dans la nature, tout en étudiant l’impact des médias numériques sur l’environnement.

Grâce à tout le soutien obtenu, The Lions’ Gate Garden inclut aujourd’hui les éléments suivants :

  • Salle de classe en extérieur
  • Toiture végétalisée
  • Mares
  • Trône pour l’animation de classes ou de récits narrés en public
  • Scène
  • Dôme géodésique
  • Espace de relaxation
  • Systèmes de récolte de l’eau
  • Chemins
  • Électricité et plomberie
  • Bibliothèque du développement durable
  • Et de nombreuses autres interventions créatives par et pour les étudiant·e·s, le personnel et le public.

Le projet a conduit à la régénération d’autres espaces sur le campus, notamment un jardin sur toit et un espace de réensauvagement. Il a également influencé les conversations au niveau universitaire et sociétal.

Lions’ Gate a publié des articles sur le projet, s’est vu attribuer 4* dans le cadre d’une étude de cas sur l’impact et les recherches scientifiques d’excellence en 2021 sur le thème « conception d’espaces mixtes », et a contribué à des publications et des événements concernant la santé planétaire et humaine. En septembre 2022, Lions’ Gate a organisé une autre journée portes ouvertes exceptionnelle dans le cadre du Climate Fringe, de la Great Big Green Week et de My Green Community de la Permaculture Association.

  • 2023
  • Permaculture Magazine Award
Photo: The Lions’ Gate Garden

Informations sur les projets

The Rewild Project (Le projet Rewild)

The Rewild Project CIC (TRF) existe en tant qu’organisation à but non lucratif dans la forêt de Dean (Gloucestershire, Royaume-Uni), depuis janvier 2016.

En l’absence d’organisations permettant de se connecter à la nature dans la région, et compte tenu du fait que cette région a le taux le plus élevé de problèmes de santé mentale dans le comté, le TRP vise à renforcer la résilience de toutes les personnes qui s’impliquent par le biais de son approche Radical Regen Rewilding.

À ce jour, ses succès incluent les points suivants :

  • Depuis juin 2021, TRP offre un accès libre et gratuit à un apprentissage de compétences artisanales et terrestres, 4 jours par semaine – incluant le transport gratuit, un repas cuisiné et des boissons.
  • Réalisation de centaines d’ateliers abordables et accessibles (sur 200 jours depuis 2016).
  • Création d’un centre d’artisanat communautaire dans le centre de la forêt de Dean.
  • Mise en place de trois vergers communautaires, dont l’un a reçu un prix.
  • Taillis et restauration d’hectares de bois négligés et plantation partielle d’un taillis communautaire.
  • Création d’un jardin sensoriel dans un foyer pour personnes handicapées
  • Formation de nombreuses personnes habitant la région aux pratiques de tronçonnage et de sylviculture régénératives.
  • Mise en place du projet « Springs and Wells », qui a organisé un nettoyage communautaire et remis en état deux puits locaux.

TRP est sur le point de devenir un centre d’apprentissage de l’Open College Network, afin d’offrir une qualification en matière d’artisanat et de gestion des terres aux jeunes qui sont en situation d’exclusion ou risquent de l’être, ou qui sont éduqué·e·s à domicile.

Jusqu’à présent, l’association a réalisé tout cela sans disposer d’un régime foncier sûr, en menant la plupart de ses projets sur des terrains sous licence ou depuis le bord de la route en tant que voyageur·euse·s. Cette situation devient de plus en plus difficile avec la Trespass Bill, loi britannique qui a rendu l’intrusion des voyageur·euse·s sur certains lieux criminelle. L’association a pour vision de sécuriser l’accès des personnnes aux terres, en mettant en place le projet SEED (Social Environmental Education Diverse), un trust pour les territoires communautaires basé sur des principes coopératifs.

  • 2023
  • Permaculture Magazine Award
Photo: The Rewild Project (Le projet Rewild)

Informations sur les projets

theOtherDada

Le projet theOtherDada (tOD) a été fondé en 2010 à Beyrouth (Liban) en tant que cabinet de conseil et studio d’architecture régénérative axé particulièrement sur le biomimétisme.

Son fondateur, Adib Dada, a passé sept ans à plaider pour la renaturalisation du fleuve de Beyrouth qui n’est plus aujourd’hui qu’un canal d’eaux usées toxiques. Face au frusrannt manque de progrès et à l’insouciance des autorités locales, tOD a décidé il y a trois ans que ce qu’une action concrète sur le terrain était nécessaire. L’entreprise a évolué au-delà de l’architecture pour reconquérir les villes en tant qu’habitat permettant à toute forme de vie de s’épanouir.

Le projet a survécu à une révolution, à une pandémie, à la destruction des bureaux de l’organisation lors de l’explosion de Beyrouth, à une blessure presque mortelle de son fondateur et à la démission de toute l’équipe précédente en raison de pressions sociétales externes incitant ses membres à émigrer.

tOD symbolise comment travailler avec et pour la nature permet l’adaptation, la résilience et l’espoir dans les moments les plus difficiles ; en outre, tOD vient de devenir la première B Corp du Liban, prouvant ainsi que, quel que soit le contexte, les entreprises peuvent et doivent être une force pour le bien.

Le projet pilote « Beirut’s RiverLESS Forest » (« La forêt sans rivière de Beyrouth ») a permis aux habitant·e·s de reconvertir une décharge urbaine sur les berges de la rivière. Ce projet a reçu un soutien massif de la part des citoyen·ne·s de Beyrouth et d’ailleurs.

Selon des membres de la communauté locale qui se sont porté·e·s volontaires pour le projet : « Planter un arbre ici, c’est comme un acte de révolution en soi ». Cela permet aux gens de reprendre contact avec eux-mêmes, avec leur terre, avec les autres – et avec la vie elle-même.

theOtherDada entretient actuellement 11 forêts, dont 10 consistent en des terrains dégradés dans des espaces publics (îlots de circulation, cours d’école, parcs publics) reconvertis, plus une forêt privée. Cela représente 3 267 m², 28 espèces différentes originaires de la région, et plus de 13 000 arbres et arbustes.

  • 2023
  • Permaculture Magazine Award
Photo: theOtherDada

Informations sur les projets