Prix de projets établis

Ce prix vise les groupes communautaires, organisations, réseaux et entreprises pouvant justifier d’un travail et d’une certaine réussite sur plus de 5 ans.

Nous aimerions que la somme gagnée permettra de faire connaître leur travail et d’inciter davantage de personnes à s’engager dans le mouvement de la régénération.

Il existe au moins deux Prix dans cette catégorie, offrant à chaque lauréat une récompense pouvant aller jusqu’à 25 000 £. 

Nous avons pour objectif d’accorder l’un de ces prix à un projet de petite échelle.

Les projets gagnants seront annoncés en mai 2023.


Projets présélectionnés pour le Prix 2023

Alam Sehat Lestari (ASRI)

ASRI est une ONG qui a fait ses débuts en 2007, en Kalimantan occidental en Indonésie, qui co-créé des solutions à des problématiques auxquelles doivent faire face les communautés locales et la forêt tropicale.

ASRI a demandé à des membres de communautés autour du parc national de Gunung Palung quels étaient leurs besoins pour protéger la forêt tropicale , menacée par la situation critique du climat. Les communautés ont décrit leurs besoins majeurs comme la santé, les formations pour des modes de vie plus régénératifs, et l’éducation à la conservation.

L’ONG travaille à préserver la biodiversité des forêts tropicales tout en satisfaisant les besoins en santé et les besoins économiques des communautés locales, de plusieurs façons.

  • Centre médical. Les coûts sont échelonnés en fonction du progrès de la réduction de l’exploitation forestière de chaque village. La patientèle peut payer pour ses soins au moyen de semis d’arbres pour la reforestation. Les cliniques mobiles prodiguent des soins aux communautés isolées.
  • Une éducation communautaire est accessible dans les salles d’attente des cliniques, celles des cliniques mobiles, et dans les villages.
  • Chainsaw Buyback Programme (Programme de rachat de tronçonneuse). Pour soutenir la transition vers des moyens de subsistance durables. Les tronçonneuses sont échangées contre du soutien pour de nouveaux modes de vie.
  • Des formations pour une agriculture biologique régénérative. Cela aide à arrêter la culture sur brûlis, et améliorer le rendement des cultures.
  • La restauration des forêts tropicales. L’organisation crée des corridors fauniques et périmètre de protection en collaboration avec les fonctionnaires des parc nationaux et membres des communautés alentours. Avec le programme Garden to Forest, plus de 277 hectares ont été reboisés.
  • Programme Garden to Forest. Ce programme soutient les agriculteurs et agricultrices dans le reboisement de jardins illégaux. Ces dernier·e·s ont reçu des formations sur les conflits avec les orangs-outans, et s’engagent à ne pas déboiser. En échange, les fonctionnaires du parc reconnaissent légalement les droits des agriculteur·rice·s à récolter les fruits et produits forestiers non ligneux.
  • Programme Goats for Widows. Il soutient les femmes veuves en leur apprenant à élever des chèvres pour gagner un revenu sur le long terme.
  • Programme Kids and Teens. Proposent des cours et camps extra-scolaires sur la santé et la conservation.

En 2018, ASRI s’est étendu à des villages près du parc national Bukit Baka Bukit Raya (BBBR), une forêt tropicale de 230 000 hectares en Kalimantan central. Son modèle de santé planétaire est aussi repliqué par Health In Harmony, à Madagascar et au Brésil.

  • 2023
  • Established Projects
Photo: Alam Sehat Lestari (ASRI)

Informations sur les projets

Centre de Permaculture Himalayenne (HPC)

HPC est une ONG citoyenne axée sur la permaculture qui opère auprès des communautés agricoles dans le Népal occidental, région pauvre et dont les ressources sont amoindries. Elle est menée par des agriculteurs et agricultrices des districts d’Humla et Surket.

Avec l’aide de communautés locales à travers 31 villages, HPC organise ses projets régénératifs avec une approche intersectorielle unique, en y intégrant la souveraineté et la sécurité alimentaire, la santé, l’éducation, la subsistance et le développement des compétences. Les résultats, ce sont des villages peuplés, adoptant une varieté de moyens de subsistances, de cultures, et de biodiversités, que les peuples ne sont pas tenus de quitter à cause de la pauvreté.

La stratégie de HPC repose sur 4 piliers :

La démonstration:

  • L’ONG montre comment appliquer des méthodes et technologies agroécologiques afin d’aider à la sécurité énergétique et de fournir des moyens de subsistance alimentaire pour les foyers.
  • Ces démonstrations ont lieu dans des centres appartenant à l’ONG appelés Resource Centres, et par les agriculteurs et agricultrices dans leurs propres champs.
  • Plus de 178 agriculteurs et agricultrices forment maintenant des « foyers de démonstration », et ont ainsi vu leurs activités agricoles se diversifier, et leurs revenus augmenter.

La formation et l’éducation:

  • L’ONG propose des cours sur les méthodes agroécologiques, de prévention santé, et d’alphabétisation.
  • 7872 femmes et 8253 hommes ont ainsi été formés.
  • D’après des sondages, 41 foyers de démonstration ont réussi à atteindre une augmentation de leur revenus combinée de plus de 50000€ l’année dernière, en lien direct avec les activités de formation.

Ressources:

  • Procurer des graines, des semis, de l’information, des infrastructures et des réseaux pour les personnes qui cultivent la terre
  • Les agriculteurs et agricultrices ont plantés plus de 82000 arbres fruités, et 117000 arbres et arbustes dans 31 villages
  • L’ONG a créé 17 vidéos de formation, et distribué plus de 12000 copies de leurs « Guide de l’agriculture »

Recherche:

  • Identifier des pratiques et ressources innovantes qui peuvent être utilisées par la main d’œuvre agricole
  • L’ONG a produit 800 cuisinières sans fumée à coût nul, 100% faites à partir de ressources locales, réduisant ainsi de 35% l’usage du bois destiné à la combustion, et les problèmes aux poumons, yeux et sphère ORL de 60%.
  • 2023
  • Established Projects
Photo: Centre de Permaculture Himalayenne (HPC)

Informations sur les projets

Centre des Ressources Naturelles des Terres Arides (DNRC)

DNRC est une ONG kényane, qui opère dans le département de Makueni, au Kenya.

L’ONG voudrait voir des communautés durables et résilientes dans les régions arides du Kenya. Elle cherche à améliorer la qualité de vie des personnes qui y vivent, et des communautés marginalisées.

L’organisation fournit aux foyers agricoles des régions arides des outils pour restaurer les terres abimées, et aide à répondre aux problèmes de déforestation, la chute du rendement agricole, la qualité de vie qui se dégrade, la rareté de l’eau, la perte des savoirs traditionnels et le changement climatique à travers de bonnes pratiques agroécologiques et de permaculture.

DNRC travaille actuellement avec 800 petites exploitations familiales (environ 4,200 personnes) et 12 écoles (environ 3000 élèves). Leurs réussites à ce jour comptent notamment :

  • Une croissance organique. En partant de 5000 arbres différents plantés chaquue années, en 2021, ce sont 70 000 arbres de 35 varietés différentes qui ont été plantés. Tous ces arbres ont été plantés sur les terres les plus abimées de petites exploitations rurales ou d’écoles.
  • Plus de 250 fonctionnaires et agriculteur·rice·s sont venus apprendre de leur travail depuis d’autres régions
  • Plus de 50 élèves de différentes universités et facultés ont bénéficiés de leurs formation dans le cadre de leur diplôme.
  • Elle a accueilli et formé des étudiant·e·s du pays comme de l’international sur la permaculture, l’établissement de pépinières en région arides ainsi qu’en management et en agroécologie.
  • 2023
  • Established Projects
Photo: Centre des Ressources Naturelles des Terres Arides (DNRC)

Informations sur les projets

Deccan Development Society (Société de Développement du Deccan)

La Deccan Development Society (DDS) est une petite organisation locale de 39 ans localisée à Telangana, en Inde. Elle travaille avec près de 50 associations bénévoles de villages (sanghams), et est menée par 5000 femmes autochtones et dalits menant de petites exploitations agricoles.

Alors que le développement pour les exploitations agricoles en terres arides ne rimait qu’avec l’extraction de l’eau des sols et le passage à la mono-culture aux fins de récoltes commerciales, la DDS a reconnu les effets de ces changements sur l’écologie et les relations de genre. Elle a compris que si les méthodes d’agricultures traditionelles restaient valorisées par les femmes les plus pauvres, aux terres endommagées, c’était pour leurs vertues holistiques sur les êtres humains, le bétail et la santé des terres, là où les hommes se concentraient principalement sur la quantité récoltée et les bénéfices financiers.
Cette constatation a inspirée DSS à rechercher des méthodes de developpement participatif et durable qui pourraient affirmer l’autonomie des sanghams dans multiples domaines tels que l’alimentation, la nutrition, les semences, le commerce, les médias, etc…

En valorisant les connaissances indigènes de ces femmes en matière d’alimentation et d’agriculture, et en ayant recours à un processus décisionnel participatif ascendant, l’association a mis en œuvre des initiatives réussies dans des domaines tels que :

  • La conservation écologique
  • Le développement des moyens de subsistance
  • La justice sociale et de genre
  • La sécurité alimentaire
  • L’amélioration de la santé et la nutrition
  • L’agro-diversité

L’association est désormais active dans 30 sanghams (associations bénévoles de villages), soutenant l’agriculture pluviale biodiversifiée, les services sanitaires et juridiques locaux, le marché communautaire pour les produits du millet, et s’engageant également dans des événements de sensibilisation, des publication d’informations et des campagnes de revendication. Ces activités permettent de prendre soin de la terre et des êtres humains, et d’élever les femmes au rang de leaders dans leurs villages.

Au fil des décennies, la DDS a conçu des programmes d’intégration tels que des journées de l’éco-emploi, la Community Gene Bank, le Medicinal Plant Commons, le Community Grain Fund, Balwadies et bien d’autres encore, qui ont été reproduits et étendus par d’autres OSC et par le gouvernement.

  • 2023
  • Established Projects
Photo: Deccan Development Society (Société de Développement du Deccan)

Informations sur les projets

Fondation Viracocha pour le Développement Alternatif

La fondation Viracocha, établie en 2000, est basée à San Agustín dans le département de Huila, en Colombie.

San Agustín est une zone reconnue comme réserve de biosphère de la région andine par l’UNESCO, et abrite le parc archéologique de l’héritage historique et culturel de 1995 de l’UNESCO et la rivière Magdalena, source principale de l’eau en Colombie.

Viracocha a été créée en réponse à une culture de dégradation qui a appauvrit les ressources naturelles, causant des problèmes tels que la pauvreté, la malnutrition, le chômage, la délocalisation, l’expansion de la frontière agricole, impactant ainsi les écosystèmes du territoire.

Son travail soutient une transition vers des communautés et des écosystèmes plus résilients. Cela comprends les besoins primaires de l’être humain (avoir de la nourriture, un foyer, un emploi, apprendre, communiquer, l’environnement, la liberté et la spiritualité) d’un point de vue régénératif.

La fondation aspire à :

  • Créer un pont entre la permaculture et les communautés agricoles
  • Renforcer les systèmes agro-alimentaires en revenant aux savoirs traditionnels et la biodiversité locale en rapport avec l’agriculture, la gastronomie, l’utilisation des plantes médicinales, l’apiculture et les oiseaux.
  • Renforcer la sécurité et la souveraineté alimentaire en retournant aux semences autochtones et en installant une KIWICHA Seed House, la première de la région.
  • Former les personnes en tête des communautés rurales, les groupes associatifs et les étudiantes.
  • Promouvoir une alimentation saine grâce à une salle à manger communautaire.
  • Enseigner des techniques d’éco construction pour améliorer les conditions de vie

En 2002, Viracocha a créé le Food & Education Program (PAE), profitant ainsi à 400 enfants provenant de familles vivant dans la pauvreté et la malnutrition. En 2006, l’Agroecological Permacultural Education Center (CEPA) a été créé, une ferme de neuf hectares qui sert de modèle de systèmes régénératifs et de permaculture.

  • 2023
  • Established Projects
Photo: Fondation Viracocha pour le Développement Alternatif

Informations sur les projets

Fundación Lurgaia Fundazioa

LURGAIA est née en 2002 en Biscaye, au Pays basque, dans le but de TRAVAILLER pour l’environnement.

En Biscaye, les forêts autochtones ont presque disparu, remplacées par des cultures forestières industrielles.

Ces monocultures, bien que nécessaires, ont un impact négatif et manquent de la biodiversité présente dans une forêt naturelle. De temps en temps, elles sont coupées pour fabriquer des produits à court terme, comme le papier, libérant d’un coup tout le CO2 séquestré. L’exploitation intensive impose l’utilisation d’engrais et de produits phytosanitaires, appauvrissant, polluant et érodant le sol. Toute la végétation est éliminée et le cycle doit recommencer à zéro, rendant impossible l’atteinte du degré de maturité nécessaire à la santé de la forêt et, bien sûr, à notre santé.

Dans un tel contexte économique privilégié, la plupart des plantations sont aux mains des entreprises privées et ne représentent pas un mode de vie mais un apport extraordinaire. De plus en plus de propriétaires décident de faire un pas en faveur de la planète et de convertir leurs terres en forêts sans exploitation.
La Fondation LURGAIA s’efforce de récupérer une partie de ce patrimoine perdu afin de trouver un meilleur équilibre entre économie et conservation. Et elle le fait en impliquant la société.

À ce jour, elle a :

  • Fait évoluer son projet « U’ndabaso project » de 4 hectares en 2008 à 170 hectares aujourd’hui.
  • Régénéré plus de 600 hectares
  • Formé des alliances solides avec un certain nombre de parties prenantes de la région.
  • Développé un excellent réseau de bénévoles constitué de plus de 2300 personnes
  • Impliqué des petites et moyennes entreprises
  • 2023
  • Established Projects
Photo: Fundación Lurgaia Fundazioa

Informations sur les projets

Jupago Kreká Collective

Le collectif Jupago Kreká est né en 2005 après la reconquête par le peuple autochtone Xukuru de son territoire traditionnel.

Le processus de colonisation avait déstabilisé le mode de vie des Xukuru, mettant en péril la viabilité de leurs systèmes, pratiques et connaissances agricoles. Le collectif a relevé le défi de régénérer l’environnement et l’esprit en se fondant sur les principes du Lymolaygo Toype (Bien vivre) et en s’engageant à rompre avec le système d’exploitation des terres laissé par le procédé de colonisation.

Jupago Kreká vise à coordonner des processus permettant d’identifier les activités durables parmi les familles autochtones, de systématiser ces pratiques et de diffuser les résultats.

Les principales réussites de Jupago à ce jour sont :

  • Un accord communautaire pour défendre et régénérer 360 hectares de terre du Boa Vista Sacred Complex.
  • La plantation de plus de 5 000 arbres chaque année, associée à des actions de régénération de l’environnement utilisant le principe de la cosmo-nucléation fondé sur l’harmonie entre tous les êtres, visibles ou non. En conséquence, de multiples sources sont revenues à la vie, produisant de nouveaux ruisseaux et même des chutes d’eau jamais vues dans la région par cette génération.
  • Fourni du matériel au laboratoire Jeti Radyah pour préparer des médicaments traditionnels à partir de varietés locales, avec distribution gratuite à la communauté. L’organisation a également ouvert un magasin solidaire local où la communauté peut partager avec les visiteur·se·s les remèdes et l’artisanat local.
  • Pour les Xukura, les êtres humains font parti de la nature, et ainsi, il est nécessaire de soigner la nature pour soigner les êtres humains. Jupago recherche le charme de la vie, atteint par des actions qui prennent soin de toutes les vies environnantes, en prenant soin de la nature au bénéfice de la Nature Sacrée.
  • 2023
  • Established Projects
Photo: Jupago Kreká Collective

Informations sur les projets

Permaculture en Ukraine (PIU)

PIU a été créé en 2012, après le premier « Permaculture Design Course » (PDC) en Ukraine. C’est une ONG. Depuis lors, elle a organisé des PDC chaque année, et est actuellement la seule organisation d’Ukraine faisait la promotion d’une agriculture durable.

Au fil des années, PIU a :

  • Offert des cours pour partager connaissances et compétences
  • Tenu des conférences et des rassemblements sur la permaculture afin de créer un partage d’expérience, motiver ses membres et accumuler des données scientifiques.
  • Traduits et publié des livres pour partager les meilleures connaissances sur le sujet à l’échelle mondiale
  • En 2017, elle a établi un réseau de centre de permaculture qui comprend maintenant 16 sites de démonstration à travers l’Ukraine. Chaque site pratique la permaculture, organise des cours et autres événements et accueille des volontaires.

Lorsque la guerre en Ukraine a commencé, PIU s’est associée avec la communauté de l’écovillage GEN Ukraine pour lancer une nouvelle initiative : Green Road of Ecovillages. (La route verte des écovillages)

Cette initiative a mobilisé le réseau existant des écovillages et des centres de permaculture existant afin d’accueillir les personnes déplacées à l’intérieur du territoire. Plus de 3000 personnes ont été accueillies à travers 60 lieux. 450 personnes déplacées y passeront l’hiver 2022-23.

Dans le cadre de ce projet, PIU cherche à aider à la sécurité alimentaire à travers plusieurs approches, que ce soit en procurant de l’éducation ou des équipements agricoles de petite taille.

  • 2023
  • Established Projects
Photo: Permaculture en Ukraine (PIU)

Informations sur les projets

School of the Earth (Ecole de la Terre)

La School of the Earth (SoE) a été créée en 2009 en Grèce dans le but d’informer, d’éduquer, d’inspirer et de soutenir les personnes pour qu’elles puissent redéfinir leurs besoins et reconcevoir leurs vies pour une transition vers un future régénératif.

La SoE développes des activités dans les domaines suivants:

  • L’agriculture régénérative et l’application de la permaculture
  • L’énérgie renouvelable et les systèmes hors réseau
  • Les réponses basées sur la nature à l’urgence climatique
  • Compétences en « homesteading » (mode de vie d’autosuffisance)
  • Régénération culturelle et renforcement des communautés
  • Soutien au personnes réfugiées, formations professionnelles et accompagnement à l’intégration

Jusqu’à 2013, SoE était un centre communautaire urbain qui aidait à la transformation des espaces physiques et sociaux d’Athènes. Elle a ensuite déménagé dans une petite ferme de banlieue, et créé un centre communautaire de permaculture et site test pour la recherche et l’adaptation de différentes techniques au climat méditerranéen. Ce fut le premier centre éducatif sur la permaculture en Grèce, et il sert de repère pour le réseau local.

Au fil des années, SoE a:

  • Créé et établi un projet basé sur la régénération des terres et de systèmes hors réseau d’énergie renouvelable pour les fermes, entreprises, camps de personnes réfugiées et communautés isolées – à travers la Grèce et à l’étranger
  • Organisé 150 séminaires et 80 programmes éducatifs sur le long terme, avec plus de 7000 participant·e·s. Elle a aussi soutenu des projets étudiants.
  • Produit des manuels et du matériel éducatif
  • Travaillé avec des petites initiatives locales autour de la souveraineté alimentaire, la justice climatique et énergétique, et organisé des événements, rassemblement et festivals en rapport, qui ont réunis plus de 10000 participant·e·s
  • Amené le partage des compétences en permaculture et en « homesteading » dans les camps de personnes réfugiées Grecs, et a valorisé ces compétences commes des outils pour faciliter l’intégration et développer les initiatives entrepreneuriales .
  • 2023
  • Established Projects
Photo: School of the Earth (Ecole de la Terre)

Informations sur les projets

The Cultural Conservancy

La Cultural Conservancy (TTC) est une organisation non-lucrative menée par des personnes autochtones, basée à San Francisco, en Californie, et fondée en 1985. Elle a ses racines à Turtle Island (Amérique du Nord) et de fortes attaches avec Hawai’i, et s’est étendue à travers le continent Américain et le Pacifique nord.

La TCC travaille avec des peuples autochtones à l’échelle locale et mondiale sur des projets communautaires construits autour de demandes venant des communautés elles-mêmes, et aiguillés par le Native Advisory Council of Traditional Knowledge Holders, des professionnel·le·s de l’entretien des terres, et des leaders de communautés. TCC s’engage envers la jeunesse et les personnes âgées autochtones à promouvoir l’échange de savoirs intergénérationnel.

Sa mission est de protéger et raviver les cultures autochtones à travers l’application des savoirs et pratiques traditionnelles sur les terres ancestrales. Cela facilite l’initiation de changement par la communauté pour les personnes aux prises avec les difficultés d’accès à la nourriture, le déplacement des terres, et la santé physique, spirituelle et culturelle.

De la revitalisation de la langue aux sciences agriculturelles autochtones, en passant par les projets de sculptures traditionnels et l’entretien des terres de manière traditionnelle, un des points d’honneur du travail de TCC est la reconnaissance de la relation sacrée des peuples autochtones avec les terres et les eaux, et l’importance de cette relation pour le bien-être mental et physique des communautés.

La TCC se concentre sur :

  • La revitalisation éco-culturelle
  • La diversité bioculturelle
  • La régénération et la restauration de la santé des savoirs traditionnels
  • Les habitudes alimentaires
  • Les paysages
  • Les pratiques culturelles autochtones, sensiblement endommagées par le colonialisme

Son programme principal, Native Foodways Program, et son nouveau projet Jeron Shadow œuvrent à fournir des espaces sécuritaires et culturellement ancré, un accès aux systèmes de savoirs traditionnels, aux sciences agricoles autochtones, et des ressources pour cultiver de la nourriture approprié culturellement et diététiquement qui englobent la manière de planter, de récolter, de transformer, de distribuer, de cuisiner et de conserver les semences.

  • 2023
  • Established Projects
Photo: The Cultural Conservancy

Informations sur les projets