Les juges

Notre panel de 12 juges provient d’un large éventail de mouvements : conception focalisée sur la régénération, permaculture, souveraineté alimentaire, mouvement de la transition, biomimétisme, réseaux d’éco-villages.

Pour 2021, nous avons également 5 juges pour le Prix des savoir-faire Ancestraux des autochtones Indigènes.

Renata Yap

Photo: Renata Yap

Renata Yap représente la clientèle de Lush au jury du Spring Prize 2021.

Urbaniste en herbe, Renata adore s’impliquer dans des projets qui contribuent à améliorer la qualité de vie et respecter le développement durable localement.

Sa passion l’a conduite jusqu’à une licence en urbanisme et planification régionale.

Elle a remporté le prix Vision Environment en planification environnementale et côtière, joué un rôle clé dans l’expansion majeure du réseau ferroviaire d’Australie-Occidentale METRONET, et contribué à une grande variété de projets de planification locaux.

Elle est déterminée à préserver nos ressources naturelles par l’innovation, et s’engage à générer des résultats positifs pour les générations actuelles et futures.

 
 

Jessie Doyle

Photo: Jessie Doyle

Jessie Doyle est membre du Service clientèle de Lush Royaume-Uni. Elle représente le personnel de Lush au jury de cette édition du Spring Prize.

Jessie vit en Irlande et s’implique dans l’environnementalisme de diverses façons depuis plusieurs années. Elle est titulaire d’un Master en changement climatique, politique et media délivré par la DCU, et elle milite contre le changement climatique dans sa ville avec Young Greens.

Jess est particulièrement intéressée par les méthodes de recherche et les communications media, et plus spécifiquement par la façon dont on communique sur la préservation de l’environnement face au grand public.

Je suis très honorée de faire partie du jury du Lush Spring Prize et attends avec impatience cet événement formidable !

 

Tomás de Lara

Photo: Tomás de Lara

Tomás de Lara est co-fondateur et co-responsable de Ciudades+B / Cities CAN B – un mouvement citoyen international engagé pour les Objectifs de développement durable.

Il est membre du conseil de Sistema B Brasil (mouvement B Corps Movement) et de CEBDS (Brazilian Business Council For Sustainable Development), membre du conseil de responsable développement durable d’Estância do Chalé (Agribusiness basé dans le sud du Brésil) et conservateur et co-fondateur des Hubs of Global Shapers Community du Forum économique mondial à Rio de Janeiro et Porto Alegre.

Tomás est aussi Leader Responsable du BMW Foundation global network, et membre de la Well Being Economy Alliance (WE All).

Spécialiste en économies collaboratives, circulaires et durables, il est régulièrement invité par de nombreuses écoles et université pour animer des conférences sur le thème du développement durable.

 
 

Dr. Jeff Su

Photo: Dr. Jeff Su

Le Dr. Jeff Su est directeur général de nRhythm, une entreprise de design et management qui croit que les organisations sont des sustèmes vivants qui ont besoin d’une approche fondamentalement différente des modèles mécanistiques actuels.

Jeff a poursuivi une carrière diversifiée et internationale en tant qu’écologiste, académicien, directeur exécutif, conseiller et psychothérapeute aux États-Unis, en Australie, en Europe et en Afrique.

Au cours de sa carrière, il a mis en pratique des approches holistiques et de pensée systémique pour aider les organisation à faire face aux problèmes environnementaux et sociaux les plus pressants de notre temps.

Jeff applique la pensée systémique à son prendre développement et sa propre expérience de vie, en pratiquant le bouddhisme. Il est titulaire d’un doctorat en écologie et sciences environnementales et d’un diplôme d’études supérieure en psychologie holistique.

 
 

David Holmgren

Photo: David Holmgren

David Holmgren est co-créateur du concept de permaculture, découlant de la publication de l’ouvrage Permaculture One, co-écrit avec Bill Mollison en 1978.

David est reconnu mondialement comme leader mondiale de la pensée, la formation et l’expression écologique. Il promeut la permaculture comme une alternative réaliste, attractive et poignante à la consommation dépendante.

Parmi ses autres publications clés, nous pouvons citer:

  • Permaculture: Principles and Pathways Beyond Sustainability (2002)
  • Future Scenarios: How Communities Can Adapt To Peak Oil and Climate Change (2009)
  • RetroSuburbia: The Downshifter’s Guide to a Resilient Future (2018)
  • Our Street (2020)

 

Filipa Pimentel

Photo: Filipa Pimentel

Filipa Pimentel travaille pour le Transition Network, une association à petit échelle qui vise à inspirer, encourager, connecter, soutenir et former les communautés, partout dans le monde, à mesure qu’elles s’organisent autour du modèle de Transition.

Scientifique portugaise spécialisée dans la foresterie, elle a d’abord travaillé pendant 10 ans dans des institutions et organisations européennes liées au développement durable. Elle a finalement démissionné pour se consacrer pleinement au mouvement Transition.

Filipa travaille aujourd’hui comme coordinatrice internationale des Transition National Hubs. Aux côtés de communautés partout dans le monde, elle explore comment développer les infrastructures sociales, cultures collaboratives et nouvelles formes de leadership nécessaires pour soutenir un mouvement collectif de changement social.

Elle se positionne également comme passerelle entre le Transition Network et l’Union européenne (et autres organisations basées à Bruxelles).

Elle est co-fondatrice de la Transition Initiative à Portalegre (Portugal) et initiatrice d’AJUDADA, un événement international expérimental d’autonomisation communautaire sur le thème de l’économie du don.

Je suis ravie de participer au jury du Lush Spring Prize ; c’est une opportunité de contribuer, de manière différente, aux changements systèmiques dont beaucoup d’entre nous rêvent.

 

Precious Phiri

Photo: Precious Phiri

Precious Phiri est spécialiste en formation et développement dans le domaine de l’agriculture régénératrice, formatrice en gestion holistique et organisatrice communautaire originaire du Zimbabwe.

Elle est la fondatrice de l’EarthWisdom and IGugu Trust au Zimbabwe, où elle continue d’inspirer le changement.

Elle a récemment co-écrit un miniguide sur la création de paysages et communautés entières grâce à l’agriculture régénératrice. Ce livre sera utilisée pour la formation en agroécologique en Afrique du Sud, par le biais d’une initiative partenaire régionale, la Seed and Knowledge Initiative.

Precious est membre du comité de direction et coordinatrice Afrique du groupe Regeneration International.

Elle se concentre actuellement sur la formation, la sensibilisation et la création de réseaux autour des pratiques de régénération et leur rôle dans la revitalisation des sols, la lutte contre le changement climatique, la reconstruction des communautés et la préservation de la richesse, actuellement gravement menacée, des valeurs sociales. Elle travaille aussi avec des réseaux régionaux pour faire changer les politiques en place sur le continent africain.

Nous sommes actuellement dans l’ère où la régénération prend son essor. Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin de plateformes qui permettront à cette formidable vision de décoller. Le LUSH Sprign Prize est l’un des vents qui soulève les ailes du mouvement de la régénération partout dans le monde.

 

Dra Georgina McAllister

Photo: Dra Georgina McAllister

Le Dr Georgina McAllister travaille dans les secteurs de l’humanitaire et du développement en Europe, au Moyen-Orient, en Asie du Sud-Est, dans le Pacifique et en Afrique subsaharienne depuis le début des années 90.

Co-fondatrice de l’ONG britannique GardenAfrica en 2001, elle a co-conçu et co-développé des programmes socio-écologiques avec des organisations de société civiles et des fermes familiales en Afrique subsaharienne.

Dans son travail, elle se concentre sur la promotion de pratiques agricoles et procédés régénérateurs et agroécologiques, pour une meilleure santé humaine et environnementale dans des agroécosystèmes fragiles sur les plans politique, social et écologique.

Elle s’intéresse tout particulièrement à la promotion de formes plus inclusives d’engagement communautaire, dans le cadre desquelles la relation entre la communauté et l’environnement est la clé pour obtenir des résultats plus durables et équitables.

George est professeur assistant en Agriculture de stabilisation au Centre for Agroecology, Water & Resilience (Coventry University).

 

Asad Rehman

Photo: Asad Rehman

Asad Rehman est le directeur exécutif de l’association caritative radicale anti-pauvreté et pro-justice sociale War on Want.

L’association vise à atteindre une vision d’un monde juste, par sa mission de combattre à la racine les problèmes de la pauvreté, de l’inégalité et des violations des droits humains.

Asad est un militant leader dans le domaine de la justice pour le climat. Son travail a aidé à faire comprendre que la crise climatique est aussi et surtout une crise de capitalisme néolibérale, d’inégalité et de racisme. Il est co-coordinateur du Global Green New Deal Project.

Au cours des 35 dernières années, il a travaillé pour de nombreuses initiatives sociales (dans son pays et dans le monde), y compris le mouvement anti-racisme, le mouvement alter-mondialiste et le mouvement anti-guerre.

 

 

Sarah Queblatin

Photo: Sarah Queblatin

Sarah Queblatin est spécialisée dans les stratégies de designs régénérateurs, à savoir la mise en place de paysages inclusifs tout en faisant évoluer le système par la sensibilisation.

Pendant 15 ans, elle a construit des expériences collectives de pacifisme, d’héritage culturel, d’éducation sur les problématiques environnementales et d’assistance humanitaire. Elle est déterminée à transformer le schéma narratif de « réduction des risques de catastrophes » en « concepts pour la résilience et la régénération » basés sur les expériences et traumatismes vécus.

Sarah est titulaire d’un certificat avancé de permaculture délivré par les Aranya and Guilda Permaculture Institutes, ainsi que d’un diplôme du mérite délivré par Blue Mountains Permaculture.

Sarah est co-fondatrice de Green Releaf dans les Philippines, représentante régionale du Global Ecovillage Network (GEN) en Océanie et en Asie, et membre des groupes Permaculture for Refugees et Re-Alliance.

 

 

Million Belay

Photo: Million Belay

Million Belay travaille depuis plus de 20 ans sur les problématiques liées à l’apprentissage inter-générationnel de la diversité bio-culturelle, l’agriculture durable, le droit des communautés à planter leurs propres cultures et la souveraineté alimentaire.

Il travaille actuellement comme coordinateur de l’Alliance for Food Sovereignty en Afrique – un réseau composé de réseaux majeurs dans le domaine de la souveraineté alimentaire en Afrique – et est membre du Panel international de spécialistes des systèmes alimentaires durables (International Panel of Experts on Sustainable Food Systems ou IPES-Food).

Million fait partie des fondateur·rice·s de ‘MELCA – Ethiopia’, une NGO consacrée à l’agroécologie, l’apprentissage inter-générationnel, la défense des droits et l’amélioration des conditions de vies des populations locales et autochtones.

Le principal centre d’intérêt de Million est aujourd’hui la défense de la souveraineté alimentaire, de l’apprentissage de génération en génération, du partage des connaissances et de l’utilisation de cartes participatives pour un apprentissage social, une construction des identités et une mobilisation de la mémoire collective pour favoriser la résilience.

Million est titulaire d’un doctorat en apprentissage environnemental, d’une Maîtrise universitaire en tourisme et préservation et d’un Baccalauréat universitaire en biologie.

 

Claire Janisch

Photo: Claire Janisch

Claire Janisch est la directrice/fondatrice de BiomimicrySA et LearnBiomimicry.

En tant que professionnelle du biomimétisme, Claire passe son temps à explorer la géniale diversité des écosystèmes naturels, et partage cette manière innovante de voir et valoriser la nature via des expéditions et des séances de coaching consacrées au biomimétisme, à destination de professionnel·le·s, d’étudiant·e·s et de scientifiques.

Elle se consacre aussi à la recherche pour le compte d’entreprises et d’organisations, en s’inspirant des innovations et principes durables de la nature pour créer de nouveaux produits, procédés et systèmes.

Claire a une Maîtrise universitaire en génie chimique spécialisée dans l’Industrie écologique. Diplômée du Certificat professionnel de biomimétisme proposé par Biomimicru3.8, elle est aujourd’hui responsable de la formation pour obtenir ce certificat.

Ruth Andrade – Prix des savoir-faire Ancestraux des autochtones Indigènes

Photo: Ruth Andrade – Prix des savoir-faire Ancestraux des autochtones Indigènes

Originaire du Brésil, Ruth a grandi au milieu d’immeubles, dans une jungle de béton, d’asphalte et de pollution, spectatrice de la destruction de l’environnement naturel ; ce qui a très tôt suscité son intérêt concernant l’environnement, et qui a alimenté une grande passion pour le changement.

Ruth a commencé à travailler pour Lush en 2004 et est rapidement devenue responsable de l’environnement dans notre entreprise, inspirant de nombreuses initiatives environnementales depuis.

Après une longue interruption, Ruth est maintenant de retour afin de travailler principalement sur trois objectifs : diriger la stratégie de marque sur l’impact régénérateur, soutenir le développement organisationnel basé sur les systèmes vivants et aider à faire évoluer nos stratégies de dons caritatifs. Elle est passionnée par la façon de faire évoluer positivement l’entreprise et d’en exploiter son pouvoir et sa visibilité pour faire le bien.

Ruth est titulaire d’une maîtrise en études environnementales et énergétiques.

Elle est manager et co-fondatrice de Re.Alliance, un collectif de praticien·ne·s chargé·e·s d’instaurer une dimension de la conception régénérative au sein du secteur humanitaire. Elle est également co-créatrice de Regeneosity, une initiative pour trouver, financer et apprendre des projets les plus régénérateurs de la planète.

Simon Mitambo – Prix des savoir-faire Ancestraux des autochtones Indigènes

Photo: Simon Mitambo – Prix des savoir-faire Ancestraux des autochtones Indigènes

Simon Mitambo est un praticien de la jurisprudence écologique et expert du savoir-faire ancestral et de la cosmologie.

Il est expert en connaissances à la Harmony with Nature Initiative des Nations Unies. Il est cofondateur de la Society for Alternative Learning and Transformation et du Kithino Learning Centre ; un centre émergent pour animer, stimuler, éveiller et nourrir la régénération de la nature et de la culture au Kenya.

Il fait aussi partie des membres principaux de la Global Tapestry of Alternatives, dont le but est de créer un réseau solidaire de solutions alternatives. Simon travaille avec l’African Biodiversity Network, où il coordonne des programme sur 12 pays d’Afrique.

Il est diplômé de sociologie et linguistique à l’Université de Nairobi.

Francis Shomet Olenaing’isa – Prix des savoir-faire Ancestraux des autochtones Indigènes

Photo: Francis Shomet Olenaing’isa – Prix des savoir-faire Ancestraux des autochtones Indigènes

Francis Shomet Olenaing’isa fait partie de la communauté autochtone maasaï du Ngorongoro, intégrée dans le célèbre écosystème de Serengeti.

Né le 1er janvier 1956 dans ce qui est aujourd’hui le parc national du Serengeti, Francis est aujourd’hui spécialiste en développement social rural, ayant travaillé dans ce domaine pendant plus de 39 ans aux côtés de communautés maasaï rurales, sur des programmes financés respectivement par les gouvernements autrichien et belge.

Francis a co-fondé en 1991 la première ONG maasaï, qui a ouvert la voie à la défense des droits des Maasaï, ainsi qu’un développement endogène dans le système culturel de Nassau.

Francis fait aussi partie des co-fondateur·rice·s et directeur·rice·s de Pan African Living Cultures Alliance, une organisation autochtone panafricaine qui a pour but de créer un espace où les communautés autochtones africaines pourront se rencontrer et développer des stratégies collectives face à des enjeux tels que la décolonisation des espaces culturels ou les défis liés au climat, aux modes de vie et aux revenus.

Anne Rammi – Prix des savoir-faire Ancestraux des autochtones Indigènes

Photo: Anne Rammi – Prix des savoir-faire Ancestraux des autochtones Indigènes

Anne Rammi est une femme immigrée, artiste, activiste et mère de trois enfants.

Née au Brésil, elle a été membre de plusieurs mouvements et communautés activistes qui se centrent sur la régénération environnementale et sociale, faisant suite à divers processus participatifs.

Forte d’un solide cursus dans la mobilisation, les campagnes et le piratage culturel, Anne vit actuellement au Royaume-Uni et dirige le domaine Communications & Community de la fondation Be The Earth, une organisation qui combine divers types de financements dans des écosystèmes locaux et régénératifs qui ouvrent la voie à régénération planétaire.

Enfant, sa source d’inspiration venait de petits animaux, des plantes et des roches. La nature lui a enseigné ce qu’était le concept d’appartenance. Elle consacre désormais sa vie d’adulte à créer un changement résilient, basé sur la collaboration, la confiance et l’affection.

Kerexu Yxapyry – Prix des savoir-faire Ancestraux des autochtones Indigènes

Photo: Kerexu Yxapyry – Prix des savoir-faire Ancestraux des autochtones Indigènes

Kerexy Yxapyry est une leader Mbya Guarani et la coordinatrice de la Commission Guarani Yvyrupa – une organisation qui agit pour la défense territoriale du peuple Guarani qui vit dans la région sud de la forêt atlantique, située au sud-est du Brésil.

Kerexu Yxapyry est également l’une des principales femmes dirigeantes du National Articulation of Indigenous Peoples of Brazil (APIB), le plus grand mouvement indigène du Brésil.

Elle a activement travaillé pour la ratification de la terre indigène Morro dos Cavalos ainsi que dans le domaine de l’éducation et de l’environnement.

Elle est gestionnaire de l’environnement diplômée de l’UFSC (Université Fédérale de Santa Catarina) et fondatrice du centre de formation Tataendy Rupa.

Lucy Anyango – Prix Permaculture jeunesse

Photo: Lucy Anyango – Prix Permaculture jeunesse

Lucy Anyango (22 ans) a été élevée et éduquée au foyer pour enfants de l’OTEPIC-Tabasamu.

Après le lycée, elle est devenue bénévole pour l’OTEPIC (Organic Technology Extension and Promotion of Initiative Center, ou Centre d’Extension des Technologies Biologiques et de Promotion des Initiatives), où elle a appris la permaculture. Récemment, elle a fondé une organisation de jeunes appelée Youth C.R.E.W. (Cultivating Respect for the Environment and the World, ou Cultiver le Respect pour l’Environnement et le Monde), qui soutient des initiatives de permaculture pour les enfants de Kitale (Kenya).

Lucy a une formation d’éducatrice pour enfants, et a récemment participé à une formation professionnelle en agroforesterie syntropique sur l’île de Rusinga, au Kenya.

Jonathan Jenkins – Prix Permaculture jeunesse

Photo: Jonathan Jenkins  – Prix Permaculture jeunesse

Jonathan “Jono” Jenkins et son équipe du Brackenhurst Botanic Garden and Forest ont récemment accrédité le premier jardin botanique du Kenya.

Jono souhaite utiliser ce projet comme tremplin poyr catalyser les efforts de restauration écologique dans la région.

Jono souhaite soutenir la Botanic Institution dans son travail de restauration écologique, en faisant tomber les barrières et en créant des opportunités pour plus d’engagement dans le domaine (hélas croissant, par nécessité) de la restauration écologique.

Avec le projet Brackenology, lui et son équipe ont remporté le Prix Permaculture jeunesse en 2019.

Ola Tom Lakere – Prix Permaculture jeunesse

Photo: Ola Tom Lakere – Prix Permaculture jeunesse

Ola Tom Lakere (20 ans) est originaire de Kitgum (nord de l’Ouganda) où il organise des formations à la permaculture et des projets d’agriculture régénératrice dans des communautés post-insurrection.

Il dirige aujourd’hui une organisation communautaire de permaculture pour les jeunes, dans le carde du réseau international Permayouth Network.

Ola estime que les jeunes ne devraient pas attendre que des communautés meilleures et plus durables soient créées pour eux·elles, mais plutôt qu’ils·elles devraient les créer eux·elles-mêmes, collectivement. Ola Tom est lauréat 2020 du Prix Permaculture jeunesse.

Sierra Robinson – Prix Permaculture jeunesse

Photo: Sierra Robinson – Prix Permaculture jeunesse

Sierra Robinson (19 ans) est conceptrice de designs en permaculture, enseignante, amoureuse des animaux et des plantes, militante pour la justice sociale et environnementale, et protectrice des terres.

Elle apprend et pratique la permaculture depuis qu’elle en a découvert l’existence à l’âge de 8 ans. Sierra se passionne pour les enjeux de la sécurité alimentaire et de l’eau dans la vallée de Quw’utsun’ (Cowichan), sur l’île de Vancouver au Canada, où elle vit avec sa famille dans leur ferme en permaculture.

Neurodivergente, queer et cofondatrice de Chasing Change, un projet media dirigé par des jeunes, elle a l’intention d’inspirer, d’encourager et de soutenir des initiatives innovantes via le partage d’idées et solutions régénératrices.

Shanti – Prix Permaculture jeunesse

Photo: Shanti – Prix Permaculture jeunesse

Shanti, (21 ans) a grandi au cœur de la permaculture, et l’a intégrée dans sa vie et ses choix autant que possible : « J’adore essayer de combiner la permaculture et les pratiques créatives.

J’aime le cirque, j’aime composer de la musique farfelue, et j’aime profiter des merveilles que la nature sauvage nous offre, récolter les plus délicieuses, et les faire fermenter. »