Prix projets en réflexion

Ce prix vise à aider les particuliers, les collectivités, les jeunes entreprises ou les groupes et organisations nouvellement formés à établir des bases solides à partir desquelles se développer.

Ouvert aux personnes ou organisations ayant une bonne idée ou un projet au stade préliminaire (de moins d’un an).

Le partage des connaissances, les formations et l’élaboration de stratégies font tous partie des initiatives dans le cadre desquelles nous espérons que cet argent sera utilisé. Mais nous sommes également ouverts à d’autres suggestions si celles-ci vous aident à faire de votre idée une réalité.


Gagnants du prix pour 2021

En 2021, quatre lauréats se partageront un prix de 40 000 £.

Vous trouverez ci-dessous les gagnants et les autres projets présélectionnés.

Gagnant

Fundación Cuidemos Paraísos

La Fundación Cuidemos Paraísos est une organisation composée de jeunes déterminé·e·s à travailler en harmonie avec la nature, qui souhaitent collaborer activement au rétablissement des forêts indigènes en sensibilisant sur la sagesse naturelle et culturelle intrinsèque d’un territoire.

Sur tous les projets de reforestation qui existent dans le monde, seuls 30% sont couronnés de succès. C’est l’un des problèmes que le groupe cherche à résoudre de façon innovante et créative.

Engagée pour une collaboration interdisciplinaire en faveur de la régénération des écosystèmes, la fondation propose d’intégrer des projets écologiques, éducatifs et scientifiques et de créer une méthode de régénération des forêts indigènes innovante, qui permettrait d’activer et de renforcer de nouveaux points de biodiversité.

La vision de la fondation serait de créer de nouveaux hotspots (« Green Spots ») résilients et prospères, et d’associer ses forces à celle d’autres projets pour protéger les forêts indigènes ainsi que les communautés autochtones. Son projet-clé, le Green Spot Project: Regener-Active Global Culture, se décline en quatre étapes:
1. Construction philosophique et conceptuelle du mouvement éco-social Green Spots.
2. Création d’une méthode de régénération des Green Spots.
3. Création d’un manuel didactique de gestion des Green Spots.
4. Création d’une plateforme digitale avec une carte mondiale des Green Spots.

La fondation vise la création d’un réseau international de Green Spots, un mouvement fort et résilient qui soutient l’interconnexion des hot spots et Green Spots (nouveaux hotspots de biodiversité) via des couloirs biologiques interconnectés à travers le monde.

  • 2021
  • Intentional Projects
Photo: Fundación Cuidemos Paraísos

Informations sur les projets

Gagnant

PermaQueer

PermaQueer a pour objectif la résilience communautaire alignée sur une résilience environnementale. Ce projet a été établi en mars 2020 quand la pandémie de COVID-19 a frappé la ville de Naarm (Australie), lorsque ses fondateurs Toad et Guy ont constaté la résilience du système de permaculture en place dans leur espace de vie, et en parallèle les difficultés rencontrées par les personnes LGBTQIA et racisées dans leurs logements contemporains.

Ils ont ainsi réalisé l’avantage de faire partie intégrante d’un réseau alimentaire, et de systèmes basés sur le bien-être social et communautaire.

Dans le cadre du projet PermaQueer, ils ont proposé des présentations du concept de la permaculture en ligne, pour leurs ami·e·s d’abord, mais qui se sont ensuite répandus très rapidement dans toute la communauté queer. PermaQueer propose des formations gratuites ou à prix défini par les personnes qui en bénéficient en fonction de leurs moyens, sur les fondements de l’écologie, la permaculture, la justice sociale, la décolonisation et les systèmes de soutien face aux traumatismes et à la neurodivergence, le tout pour développer une résilience communautaire à l’échelle mondiale. Le groupe a également organisé un symposium TEDx de 3 jours.

Son action d’éducation communautaire remet en question les systèmes de société de consommation, de suprémacisme blanc et de binarité coloniale, afin de restructurer des systèmes communautaires plus résilients. PermaQueer collabore avec @LiberationPermaculture pour créer une cellule de décolonisation et de réindigénisation du mouvement de la permaculture dans le monde.

PermaQueer travaille actuellement avec des partenaires internationaux au développpement de systèmes d’information et de mise en contact justes, résilients et éco-responsables. Le groupe espère pouvoir appliquer ces modèles dans des villages à logements coopératifs, des systèmes agro-alimentaires, des formations culturelles et des programmes de restauration régénératrice.

  • 2021
  • Intentional Projects
Photo: PermaQueer

Informations sur les projets

Gagnant

Sacha Kuyrana Maltakuna – Young Kichwa Defenders of the Forest

Sachawaysa (Équateur) est une magnifique région vallonnée, où la forêt amazonienne rencontre le pied des Andes, à 900 mètres d’altitude.

La communauté s’est organisée pour travailler de façon honnête, proactive et transparente à la régénération de la culture Kichwa, ainsi que celle des forêts, qui ont été presque détruites par l’installation des populations espagnoles dans la région, donnant lieu à des attitudes et actions hostiles envers le peuple Kichwa, ses coutumes et les forêts tropicales régionales.

Sacha Kuyrana Maltakuna – Young Kichwa Defenders of the Forest prévoit d’acheter une propriété d’un hectare, y construire des bureaux simples avec des matières locales et planifier, concevoir et réaliser un jardin ancestral comprenant des dizaines de fruits, noix, palmiers, plantes médicinales et arbres à bois dur, notamment des espèces traditionnelles qui aident à améliorer la qualité des sols, ainsi que des plantes, champignons et levures à cycle de vie plus court, par exemple des champignons comestibles récoltés dans la forêt.

Le groupe prévoit de réaliser un livre de recettes végétarien kichwa, riche en recettes et ingrédients traditionnels, à partager avec les jeunes de la région.

Les projets du groupe sont organisés et menés par des jeunes, qui demandent à leurs grands-parents (aîné·e·s) leur avis sur les valeurs, les projets et la meilleure façon de faire en sorte que leur travail bénéficie aux communautés alentour.

  • 2021
  • Intentional Projects
Photo: Sacha Kuyrana Maltakuna – Young Kichwa Defenders of the Forest

Informations sur les projets

Gagnant

The Mount Oku Centre for Gender and Socioeconomic Empowerment

Au cours des quatre dernières années, la communauté de Mount Oku, à Bamenda au Cameroun, a dû faire face à de sévères difficultés socio-économiques, à cause de la montée d’un conflit armé, et plus récemment de la pandémie de COVID-19.

La communauté dépendait autrefois de l’agriculture, de l’écotourisme et autres activités ; mais du fait de la crise, de nombreuses activités dans cette communauté principalement dirigée par des hommes, comme la régénération des forêts ou le développement de la population d’abeilles, se sont retrouvées interrompues.

The Mount Oku Centre for Gender and Socioeconomic Empowerment (MOCGSE) a été initié par des femmes, pour autonomiser les femmes et jeunes filles et assurer une durabilité économique, sociale et environnementale pour la communauté Oku, en développant leurs connaissances et compétences.

Le centre servira de plateforme pour commercialiser des denrées alimentaires et objets du quotidien produits localement par des femmes, et pour fournir des services de microfinance et de développement personnel. Les activités clés du groupe incluront des activités de formation et d’investissement communautaire, notamment l’apiculture, la régénération forestière ou encore le traitement de plantes médicinales. Dans cinq ans, le projet deviendra une coopérative de femmes agréée.

  • 2021
  • Intentional Projects
Photo: The Mount Oku Centre for Gender and Socioeconomic Empowerment

Informations sur les projets

  • English
  • Elak-Oku, Bui Division, North West Region, Cameroon Elak-Oku North West Region Oku Cameroon


Also short-listed

ARD Agriculture and Research Development

Fondée en 2020, ARD Agriculture and Research Development est une entreprise agricole qui a pour but de promouvoir l’agriculture régénératrice et l’éco-responsabilité en Jordanie.

Le projet a débuté avec la conception d’un modèle rentable d’agriculture régénératrice, permettant à la ferme qui l’abrite de servir de modèle en Jordanie. En outre, le groupe a mis en place un centre pour y organiser des activités (ateliers, formations, résidences…) pour impliquer la communauté locale. Le site fournit des logements, outils et équipements, dans le but de collaborer avec les populations, universités, instituts de recherche et centres culturels locaux, afin de promouvoir une coopération entre les différents secteurs et faire office de lieu incubateur pour des projets écologiques locaux.

ARD souhaite collecter des données au fil de ces différents projets pour établir une plateforme de recherche et développement dans les domaines de l’agriculture régénératrice et l’écologie, en anglais et en arabe, afin de promouvoir leurs pratiques en Jordanie et plus largement dans la région. Sur les 5 prochaines années, ARD souhaite s’établir comme hub physique d’apprentissage des pratiques régénératrices dans la région, mais aussi comme plateforme en ligne prolifique.

  • 2021
  • Intentional Projects
Photo: ARD Agriculture and Research Development

Informations sur les projets

Biocenosis

Amatlán de Quetzalcóatl (Tepoztlán, Mexique) est une ville autochtone perpétrant une importante tradition de plantation du maïs et de la technique milpa.

Les modèles d’agriculture conventionnels et l’utilisation d’engrais synthétiques ont entraîné une érosion des sols, qui a diminué leur fertilité. Le régime des pluies est également en train de changer.

En réaction aux conséquences économiques et sociales de la pandémie de COVID-19, Biocenosis a décidé de proposer un modèle de résilience locale face aux crises à l’échelle mondiale, via le travail collectif de l’agriculture régénératrice.

Grâce à des systèmes d’agroforesterie successive, cinq membres du projet et trois agriculteur·rice·s de Tepoztlán ont commencé à planter des cultures irriguées par la pluie, afin de créer un modèle de production adapté au contexte local.

Grâce à cette initiative, nous espérons démontrer la viabilité sociale, écologieu et économique de ce type de projet, former au moins 100 personnes annuellement et aider à transformer la réalité des agriculteur·rice·s impliqué·e·s dans la microrégion et biorégion de Cuauhnáhuac.

  • 2021
  • Intentional Projects
Photo: Biocenosis

Informations sur les projets

Chikukwa Research Trust

Le Chikukwa Research Trust est une petite équipe engagée de practicien·ne·s-chercheur·euse·s (agriculteur·rice·s).

Son but est d’établir un programme de résilience climatique, grâce à l’agroécologie, pour stabiliser les paysages et la qualité de vie, de façon plus fermement liée à la restauration de la diversité bioculturelle.

La communauté Chikukwa est une société culturelle, et la plus ancienne communauté de permaculture du Zimbabwe. Mais une grosse part de ses traditions a été érodée par l’immigration et l’émigration, et une déconnexion croissante des jeunes générations par rapport à leur riche histoire.

Le Chikukwa Research Trust vise à étudier et répertorier son lien avec les plantes et les milieux, via des expériences collectives et du storytelling, puis à partager ces connaissances acquises lors d’interventions dans deux écoles, ainsi que dans son bâtiment en chaume dédié.

En ravivant les souvenirs traditionnels et les savoirs partagés des aîné·e·s concernant les rituels et la résilience, le groupe a pour but d’encourager un modèle de leadership plus responsable et digne de confiance, qui aidera à bâtise la résilience face aux divisions et aux menaces externes, notamment la variabilité et le changement climatiques.

  • 2021
  • Intentional Projects
Photo: Chikukwa Research Trust

Informations sur les projets

EcoAtivo

Dans la région centre de Beira Interior (Portugal), une zone très précieuse du point de vue de son héritage géologique et fortement connectée à la biodiversité et aux communautés locales, la dégradation environnementale est évidente : mines de tungstène abandonnées et projets de nouvelles mines de lithium, société déconnectée et jeunesse en émigration, monocultures de pin et d’eucalytpus, feux de forêts, villages désertés.

Issu de cette urgence environnementale, le projet EcoAtivo englobe la société dans toutes ses dimensions, interagissant avec les populations locales rurales comme urbaines, en particulier les jeunes et les jeunes adultes.

EcoAtivo propose un programme de régénération comme mode de vie, centré sur : »
1. Des formations à un mode de vie régénérateur, incluant notamment les aspects suivants :
– Évaluation critique des mines abandonnées, des nouvelles mines et des ressources minières.
– Économie circulaire et pouvoir des monnaies d’échange locales.
– Défense de l’environnement au théâtre, au cinéma et dans la musique.

2. Des ations socio-environnementales pilotes, notamment les suivantes :
– Préservation holistique des chauves-souris dans les vieilles mines et les ruines abandonnées.
– Guérilla-jardinage non-violent ; combat des seed bombs et du déboisement

3. Des réseaux de projets régénérateurs essentiels à la vie, notamment :
– Des réseaux responsables d’échanges de bonnes pratiques et de soutien mutuel.
– Le co-développement d’une nouvelle conscience narrative et collective, avec des actions coopératives.

  • 2021
  • Intentional Projects
Photo: EcoAtivo

Informations sur les projets

MURAAL

Le projet MURAAL se fonde sur la constatation que la régénération est définie depuis un positionnement « blanc », un système de pensée et de comportements qui découle de traumatismes et d’adaptations aux traumatismes, émergeant des histoires et comportements qui ont perpétré le colonialisme et son héritage jusqu’à nos jours.

Les notions de ce qui est bon en termes de nourriture, santé, modes de vie et autres indicateurs ne sont pas neutres, mais connectées à cette histoire et associés à des normes qui, à travers le temps, ont été associées à des formes de « pouvoir et privilège ». Ces notions ont été identifiées par des populations européennes blanches, mais ont été mondialisées et intégrées dans la plupart des systèmes du monde moderne. Chacun·e de nous y est confronté·e de façon différente, à cause de l’impact des inégalités intersectionnelles. Nous portons en nous des histoires de traumatismes complexes.

Ce projet proposera des formations permettant à chaque personne de développer ses propres pratiques (individuelles et collectives) pour faire face à cette problémtique, en reconnaissant que chaque corps impacté de façon différente réagit d’une façon qui est liée à sa propre implication dans cette histoire collective, ainsi que la façon dont ses caractéristiques se manifestent localement.

  • 2021
  • Intentional Projects
Photo: MURAAL

Informations sur les projets

  • English

Permayouth Kitgum

Permayouth Kitgum est une organisation communautaire qui vise l’autonomisation des jeunes vulnérables et en situation de risque dans la communauté Kitgum (nord de l’Ouganda) post-insurrection, via des formations et solutions proactives liées à la permaculture.

Ce projet de formations conçues en fonction des besoins de la permaculture et d’autonomisation des communautés vulnérables est né de l’expérience de communautés frappées par l’insécurité alimentaire et la pauvreté en termes de dégradation des sols et de l’environnement, et d’un manque d’exploitation du potentiel des jeunes pour réparer, reconstruire et transformer le milieu de façon régénératrice, tout en se rétablissant d’une vingtaine d’années d’insurrection.

« Via ce projet, Permayouth Kitgum organise des formations pratiques en permaculture mensuelles, à destination des jeunes vulnérables et en situation de risque dans les différentes communautés locales. Une fois le programme terminé, les jeunes sont équipé·e·s de graines, d’outils et autres ressources nécessaires pour entreprendre leurs propres initiatives d’entrepreneuriat ; certain·e·s rejoignent également un programme d’apprentissage pour enseigner à leur tour ces formations.
 »
L’année dernière Permayouth Kitgum a formé plus de 300 jeunes aux rpatiques de la permaculture et encoragé des équipes locales à mettre en place des projets communautaires variés pour réagir à des problèmes comme l’insécurité alimentaire, la pauvreté ou encore les défis environnementaux et climatiques. Permayouth Kitgum a formé des familles au jardinage alimentaire, mis en place 150 jardins alimentaires et planté plus de 500 arbres fruitiers dans le but d’éradiquer les insécurités alimentaires dans sa communauté.

  • 2021
  • Intentional Projects
Photo: Permayouth Kitgum

Informations sur les projets

Ramaviva

Ramaviva est un système de permaculture en cours de développement à Las Catalinas (cordillère de Guaniguanico, Cuba). D’abord conçue comme un système de démonstration de la permaculture, cette idée a évolué pour devenir un centre de formation et de développement communautaire, selon un processus d’exploration et de familiarisation avec le site et sa population au fil des années.

Ramaviva entend aider à régénérer les process socio-écologiques et créer une économie basée sur une bonne qualité de vie, avec des solutions basées sur le contexte local et développées de façon participatives, réactives à des problèmes identifiés par la population locale.

L’espace de Ramaviva sert d’ores et déjà de site de conservation et d’élevage pour une espèce de poissons menacée originaire de la région, qui faisait partie des principales sources de nourriture locales.

Il sert également d’espace de travail pour étudiant·e·s universitaires, ou pour organiser des ateliers sur des aspects liés à la permaculture, comme la bio-construction, pour la population locale ou les visiteur·euse·s.

Ramaviva a mis en place les capacités et réseaux de collaboration nécessaires pour solidifier son idée. Dans 5 ans, le groupe espère s’être établi comme centre de formation en permaculture pour la communauté et l’ensemble du pays.

  • 2021
  • Intentional Projects
Photo: Ramaviva

Informations sur les projets

RE-PEAT

Les tourbières sont les principaux réservoirs de carbone ; leur dégradation entraîne donc de grandes quantités d’émissions de carbone (5% des émissions mondiales causées par les êtres humains). Mais ce n’est pas la seule caractéristique qui fait des tourbières un milieu si spécial.

RE-PEAT est un projet dirigé par des jeunes, qui estime que la question des tourbières doit faire partie intégrante dans les conversations écologiques et climatiques. Le groupe a constaté qu’ouvrir le dialogue au sujet des tourbières peut déboucher sur d’autres points de vue très intéressants sur d’autres sujets liés, comme la justice sociale, l’économie, la langue et l’histoire.

Son travail, mené à travers l’Europe, suit 3 axes principaux : éducation, collaboration et réimagination.
« Pour ce faire, le groupe mène notamment les actions suivantes : développement d’un programme d’éducation primaire pour sensibiliser dès le plus jeune âge, sous forme de projet pilote en Irlande, à développer idéalement dans bien d’autres écoles cette année ; collecte de représentations personnelles et artistiques des tourbières à travers l’Europe sous forme d’anthologie (EU Peat Anthology), avant que soit décidée la Politique agricole commune du Parlement européen ; organisation de deux festivals internationaux de 24 heures consacrés aux tourbières, qui à eux deux ont inclus plus de 80 conférences et débats en ligne ; création de webinars en 10 parties consacrés aux tourbières au Royaume-Uni, pour développer un élan en amont de la COP26 et du WCSS22 à Glasgow.
 »
Au cours des 5 prochaines années, le groupe espère construire un réseau international de jeunes en faveur des tourbières, qui lutterait pour des politiques plus fermes en ce qui concerne les tourbières, et pour amplifier les voix sous-représentées.

  • 2021
  • Intentional Projects
Photo: RE-PEAT

Informations sur les projets

Regen X

Regen X considère que le moyen le plus rapide et efficace de mettre fin à, et même d’inverser la crise planétaire, est la conservation et la re-création de la faune et de la flore sauvages, grâce à des savoirs écologiques locaux avancés.

« Le but du projet est de développer une résistence éco-systémique grâce à des économies communautaires durables et régénératrices, sur des terres menacées de bétonisation ».

En réponse à ces enjeux, Regen X propose un cadre centré sur l’éco-architecture, les coopératives au service de la communauté, et la régénération des écosystèmes, comme alternative de développement immobilier viable sur les terrains privés à écosystèmes fragiles à travers le monde.

Leur modèle proposé priorise de préserver la faune et la flore sauvages à 40-60% sur les terrains concernés, en s’associant avec les communautés autochtone et des écologistes spécialistes. Le reste du terrain serait utilisé pour créer des habitations humaines combinant l’architecture vernaculaire, des infrastructures inspirées de la nature, et des technologies permettant l’autosuffisance.

Ces systèmes vivants seraient la propriété collective des communautés locales qui ont vécu dans la région depuis des générations, et par les personnes qui pourraient les rejoindre sous condition d’avoir le consentement total et informé de ces communautés. Ce modèle permet non seulement de protéger l’écologie, mais aussi de rebâtir un sens de la confiance et de la propriété pour les gardien·ne·s traditionnel·le·s de ces terres.

  • 2021
  • Intentional Projects
Photo: Regen X

Informations sur les projets

The Marginalized Mirror

The Marginalized Mirror souhaite fournir un espace de partage de connaissances à des fins d’investissements responsables dans les systèmes agro-alimentaires, pour les communautés Ovazemba marginalisées en Namibie, afin de leur permettre de produire leur propre nourriture bio grâce à des méthodes régénératrice, résilientes face à l’instabilité climatique.

L’impact actuel et futur du COVID-19 pour la communauté autochtone d’Ovazemba, aggravé par la dure réalité de la crise économique qui frappe toute la Namibie, ainsi que par les sécheresses récurrentes, est incommensurable.

La communauté dépend de la production agricole et d’élevage. Les sécheresses ont entraîné une pénurie de produits laitiers et de récoltes de plantes typiquement plantées lors de la saison des pluies.

Les restrictions de déplacements liées à la crise de COVID-19 empêchent les éleveur·euse·s de déplacer leur bétail dans des pays voisins bénéficiant de davantage de pluie, comme l’Angola, pour qu’il puisse s’y nourrir.

Le projet vise à proposer des formations en production de récoltes grâce à un système d’irrigation dédié, afin de produire suffisamment de nourriture pour les populations et le bétail et vendre les surplus pour générer des revenus. Le groupe souhaite soutenir un projet d’irrigation communautaire géré par des membres des membres des communautés autochtones Ovazemba, qui dirigeront ce projet de façon surable, pour eux·elles-mêmes et pour les générations futures.

  • 2021
  • Intentional Projects
Photo: The Marginalized Mirror

Informations sur les projets

TTHANKS

TTHANKS a pour but de convertir les terres arables de Corée du Sud en terres agricoles optimisée pour la séquestration du carbone et pour faire face au changement climatique.

L’Intergovernmental Panel on Climate Change (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat ou IPCC) a suggéré que l’agriculture pouvait être une solution pour capturer davantage de carbone et ainsi aider à lutter contre la crise climatique. L’équipe de TTHANKS pratique les méthodes d’agriculture naturelle depuis quatre ans et a rendu visite à des personnes qui les pratiquent aussi dans tout le pays.

Sa campagne ‘CarbonCatching Weekend Farm’ enseigne la relation entre les sols et le changement climatique, la production de compost sain, et la mise en place de fermes de type jardin, pour mélanger les cultures en relation symbiotique, sans labours ni désherbage.

Les entreprises et organisations fournissent un soutien pour permettre à leurs employé·e·s d’y participer aux côtés des citoyen·ne·s, de façon à ce que qu’ils·elles fassent l’expérience de l’agriculture, et de la satisfaction de produire des récoltes saines.

TTHANKS a également soutenu des expériences de formation et d’agriculture pour les jeunes, qui cultivent pendant les weekends, ainsi que de la vente de produits agricoles issus de l’agriculture naturelle. En 2021, le projet compte environ 10 fermes en Corée du Sud.

  • 2021
  • Intentional Projects
Photo: TTHANKS

Informations sur les projets

  • Korean
  • https://tthanks.net/
  • Pangyoyeok-ro 192beon-gil, Bundang-gu, Seongnam-si, Gyeonggi-do 13524 South Korea